Périodes historiques

Dates extraites d'un cahier d'histoire du cours moyen 1ière année
 
 
 
 
 
 
Période préhistorique  
Elle est marquée à Uzerche par un monument de pierres brutes qui se trouvent près des carderies (dolmen d'Espartignac). 

Période Gauloise 
Cette période est marquée à Treignac (à 30 km d'Uzerche) par la "Pierre des Druides" sur laquelle s'offraient les sacrifices religieux (taureaux blancs, parfois des hommes). 

La conquête romaine 
La tribu gauloise de notre région résista vaillamment aux Romains de Jules César jusqu'à leur défaite d'Uxellodunum (peut être Uzerche, plus certainement le Puy d'Issolud en Quercy).  Elle marque la fin de l'indépendance gauloise (50 ans avant J.C.). 

Le christianisme 
C'est à la fin du IIIe et du IVe siècle que notre contrée est évangélisée par Martial évêque de Limoges et malgré les martyrs de Martin de Brive et Féréole (Sainte Féréole) la religion chrétienne se répand dans nos campagnes. 

Les invasions barbares 
Pendant les invasions barbares, Uzerche fut ravagée par les Wisigoths vers 480. 

La période franque 
Vers 760, Pépin le Bref qui combattait les derniers descendants des Mérovingiens choisit Uzerche comme centre de résistance.  Il fit bâtir parmi les ruines qu'on y voyait encore, une forteresse flanquée de 18 tours, une église et une demeure royale à l'emplacement actuel de l'école et de l'église.  Sous Charlemagne, plusieurs fois son fils Louis le Débonnaire séjourna à Uzerche. 

Les Arabes 
Arrêtés à Poitiers en 732, ils ne furent expulsés de l'Aquitaine que par Charlemagne en 777.  Pendant leurs incursions, ils s'avancèrent jusque sous les murailles d'Uzerche (voir la Légende). 

Les Normands  
En 848, les Normands s'emparèrent de Bordeaux.  Vers l'an 909, ils remontèrent la Dordogne, la Vézère, saccagèrent Uzerche et la transformèrent en un monceau de ruines.   Vers 930, Turpin, évêque de Limoges pille l'abbaye. 

Le Monastère 
L'An 1000 approchait et on croyait à la fin du monde. 
Pour fléchir le ciel, un grand personnage Adémar, Viconte de Ségur, avec l'autorisation du roi et du pape commença la construction d'un monastère.  Par la suite ce monastère devint très riche à cause de nombreuses donations pour plaire au ciel ou pour avoir en échange la protection des murs d'Uzerche contre les seigneurs toujours en guerre.
 

Le Seigneur 
Autour du monastère se forme la ville. A la tête du monastère était un abbé, à la fois supérieur des religieux et seigneur.  Son autorité s'étendait sur la ville d'Uzerche, sur les environs et sur les terres qui faisaient partie de la seigneurie. 
Il y eut jusqu'à 100 moines.  Tous les habitants de ces lieux étaient vassaux de l'abbé.  Lui même était le vassal direct du roi. 

Les Croisades 
Le pape Urbain II (1088-1099) se rendant au Conseil de Clermont avec Pierre l'Ermite pour préparer la Première Croisade, s'arrêta à Limoges puis à Uzerche où il passa plusieurs jours dans l'abbaye en 1095.   Il y remarqua un moine, Maurice Bourdin, né dans les environs d'Uzerche et l'emmena avec lui.  Ce Maurice Bourdin devint pape sous le nom de Grégoire VIII. 

L'Eglise d'Uzerche 
Jusqu'au Xième siécle les églises ont été bâties en bois.  L'église d'Uzerche a été reconstruite en 1030..  En 1306, le pape Clément X séjourna quelques temps dans le monastère d'Uzerche et ordonna la reconstruction d'une partie de l'église. 
Les travaux durèrent 7 ans.  La crypte et la partie du choeur jusqu'aux transepts sont l'ouvrage d'Arbert de Chavannes (style roman). 

Uzerche sous la domination anglaise  
Vers 1150, Uzerche passe sous la domination des Normands par le mariage d'Eléonore d'Aquitaine avec Henri Plantagenet, duc de Normandie.  Le prince devint bientôt après roi d'Angleterre sous le nom de Henri III.   En 1184, Eléonore d'Aquitaine et son fils Richard viennent à Uzerche. 

Les Troubadours 
Le 12ième siècle est l'apogée pour le monastère d'Uzerche.  C'est également l'époque de la poésie des troubadours, illustrée chez nous par Gaucelm Faydit et Hugues de la Bachellerie. 

Saint Louis  
Le 1ier Sénéchal est nommé par Saint Louis vers 1240 en Limousin.   Le Limousin ayant repassé sous la domination des rois de France, Saint Louis en 1259, le rend à Henri III, roi d'Angleterre. 
Le Prince Noir, Edouard, Prince de Galles fils d'Edouard III, surnommé ainsi à cause de la couleur de son armure, séjourne à Uzerche. 

La Guerre de Cent Ans  
Les Anglais, maîtres de la région, pillent et massacrent les habitants du Limousin.  Ils firent plusieurs fois le siège d'Uzerche, sans jamais pouvoir s'en emparer. 
Après une résistance particulièrement glorieuse en 1374, Charles V accorda aux habitants le droit d'ajouter trois fleurs de Lys d'or au taureau gravé sur le granit après la retraite des Sarrazins. 
Misère, désordre, anarchie, pas de police, puissance royale nulle.  La peste fait d'horribles ravages en 1346, 1347, 1348.   Au Pont des Malades, il y avait une léproserie. 

Louis XI  
Passage de Louis XI chez ses manants d'Uzerche. 

Les armes d'Uzerche 
Trois fleurs de lys d'or sur champ d'azur, et au-dessous deux taureaux "de gueules en champ d'or" ayant pour supports des branches de chêne et de laurier avec cette devise :  Non Polluta. 

L'année  
Elle commance en Limousin au 25 mars. Ce n'est que sous Charles IX qu'elle commença au 1er janvier. 

La Réforme  
La réforme pénètre en Limousin en 1540, elle y rencontre peu de succès. Cependant les églises calvinistes s'organisent à Treignac, Beaulieu et Argentat. La Réforme vit grossir ses troupes par l'adhésion au nouveau culte du du vicomte de Turenne, Henri de la Tour d'Auvergne. 

Henri IV 
Sous Henri IV, par un édit de février 1596, le roi permet aux habitants d'Uzerche de nommer tous les 2 ans, le 2 janvier, 4 consuls avec la permission de porter un chaperon de drap rouge et noir lorsqu'ils marcheront en corps dans les cérémonies publiques. La conversion d'Henri IV le 23 juillet 1593, ramène la paix. 

Louis XIII  
Pendant la minorité de Louis XIII, d'Epernon fait prendre Uzerche que Schomberg reprend en 1619. 
Sous Richelieu, le calme est général. Cependant, en 1631, la peste ravage la contrée et Tulle perd 2500 habitants. 

Louis XIV  
En 1690, sous l'action de Colbert, une manufacture de fusils est installée au moulin de Souilhac, près de Tulle, elle utilise la houille de Mansac et de St. Charmant. 
Les Jésuites s'installent à Tulle en 1620 et à Beaulieu, les Pères de la doctrine chrétienne à Brive et Treignac, les Urselines à Tulle, Beaulieu, Ussel. 

Turgot (1727-1781) 
Il fut nommé Intendant du Limousin. 
Sous son impulsion, à Brive : des boulevards circulaires sont tracés, la place de la Guierle est établie et plantée d'arbres sur un marais asséché. A Uzerche : la route "mauve", le plus beau chemin du monde, est construite. 

Préparation des états généraux  
Le 2 mars 1789, à Uzerche, se tint l'assemblée de la Sénéchaussée. 
29 députés furent choisis parmi les 115 élus. Ils devaient porter à Tulle le cahier de doléances, le 16 mars. 

La grande peur d'Uzerche  
Le 30 juillet 1789, se répandit un bruit, que le comte d'Artois, frère de Louis XVI, arrivait à Uzerche à la tête de 16000 hommes. son armée venait de Bordeaux et avait incendié plusieures villes. 
Aussitôt les hommes d'Uzerche et des paroisses environnantes s'armèrent. La prétendue armée n'arriva point. C'était une ruse pour faire armer tous les Français. Alors, on forma des gardes nationales. 

La Corrèze  
Le département fut formé en 1790.  Il était composé de 4 districts : Brive, Tulle, Ussel, et Uzerche. 
Ces districts étaient divisés en 41 cantons, formés eux-mêmes de plusieures communes.  Tulle devint le chef lieu.   En 1791, le département avait 254000 habitants. 

L'assemblée législative 
La Corrèze compte 40 curés assermentés (jureurs), 168 prêtres réfractraires sont enfermés aux Récollets à Tulle. 
Les paysans excités attaquent les châteaux, en particulier celui d'Uzerche. 
La "guerre aux tyrans", (rois ennemis) enthousiasme le pays.  De nombreux Corréziens partent se battre. 
Après le 10 août 1792, la Corrèze élit à Convention, sept députés, tous Républicains, chargés d'assurer la souveraineté du peuple et le règne de la liberté et de l'égalité. 

La Convention  
Le 19 septembre 1793, sur la place du Marché, fut guillotiné un Uzerchois, Besse, surnommé Picharou. 
Cette exécution fut la première en Corrèze, durant la Révolution. 

Les guerres de la Révolution 
Les guerres de 1792 - 1793 suscitèrent de nombreuses vocations militaires. 
Deux Uzerchois parvinrent à de hauts grades et à la célébrité : le Général Materre et le Colonel Varéliaud. 

Napoléon I  
L'Empereur prit comme chirurgien, un Uzerchois, Alexis Boyer. 
Celui-ci naquit le 1er mars 1757 à Uzerche, où l'on peut encore voir sa maison natale, rue de la porte Barachaude. Il mourut en 1833. 

La chute de Napoléon I  
Raymond, François, Denis Pontier, né à Uzerche le 9 octobre 1788 fut nommé chirurgien de la grande Armée. Il participa à la campagne de Russie où il fut fait prisonnier. 

La vie Française au temps de l'Empire  
Vers 1809, les Corréziens tentèrent d'extraire du sucre de la chataigne. Mais ces expérience échouèrent. 
Plusieurs jeunes gens refusèrent de se rendre à l'ordre d'incorporation et se cachèrent dans les bois, montrant ainsi leur résistance aux guerres napoléoniennes. 

La IIe République 
Louis Napoléon recueillit en Corrèze la grosse majorité des suffrages.   47528 voix sur 55388 votants 
Lédru Rollin en obtenait 4051 
Cavaignac en obtenait 3522 
La candidature de Lamartine fut considérée comme peu sérieuse. 

L'Empire 
Le 5 décembre 1852, le conseil municipal d'Uzerche se réunit le matin, à 11H30 pour assister à la proclamation du gouvernement Impérial. 

La guerre de 1870 - 1871  
Le 5 septembre 1870 à 6H du matin 
Mr. de Cayac, maire d'Uzerche, donne communication à son conseil, des dépêches annonçant la déchéance de l'Empire et la proclamation de la République. 

Le 13 novembre 1870 
Le Conseil Municipal d'Uzerche exprime son adhésion unanime au plébiscite de Paris du 4 novembre 1870 qui a maintenu le pouvoir au gouvernement de la Défense Nationale.